Art & Culture : le Mayaka, une manière de préserver la culture Kongo

image_pdfimage_print

La République Démocratique du Congo recèle d’innombrables arts locaux qui reflètent une grande variété des cultures qui ne cessent d’évoluer au fil du temps.
Ces objets dont la conception attire la curiosité des admirateurs, sont faits à partir d’une variété de grains appelés « mayaka » par les utilisateurs.


NE LEMA, NE LIZATA, NE LUZWA et NETONY, tous originaires de la province du Bas-Congo, sont là. Les quatre maîtres d’un atelier de création d’objets fabriqués avec le « mayaka », assistés d’une vingtaine d’élèves. Ils fabriquent quelques articles comme pantalon, chemise, rideau, tapis, chapeau, sac, chaussure pour ne citer que ceux-là.

Ces artisans se disent des génies africains car, avec leur potentialité et innovation rien ne semble impossible pour réaliser et créer quoi que ce soit. Ils exploitent d’autres matières comme la carapace de tortue, coque de noix de coco et noix de palme, coquillage pour diverses réalisations telles que bagues, colliers, ceintures, panneau et d’autres objets.
Ces « mayaka » au départ sont verts, une fois qu’ils atteignent la maturité, ils deviennent blancs et enfin, ils sont teintés avec de l’huile de palme chauffée pour obtenir leur coloration finale.
Cet atelier a été mis sur pied avec comme principes :
– le repère historique du peuple Kongo (éveil de la conscience
– la mise en valeur des talents Kongo
– la transmission des connaissances artistiques et artisanales Kongo d’une génération à une autre.

Signalons que cet atelier appartient au centre d’éveil spirituel Négro-africain VUVAMU (école des noirs). Une façon pour eux de préserver la culture Kongo qui visiblement selon eux est en voie de disparition.

Par Judith Ja Uku Vang Vong
www.diademesdafrique.net

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils