RD Congo : Doit-on craindre pour la vie de l’homme du changement Martin Fayulu ?

image_pdfimage_print

Les  récents événements nous montrent à suffisance que le candidat Martin Fayulu a réussi à créer un doute sérieux et à semer le trouble dans la stratégie du FCC.

Sous la facilitation de la « Kofi Annan Foundation » et à« In Transformation Initiative » (ITI), une réunion de l’Opposition congolaise (RDC) s’était tenue à Genève du 9 au 11 novembre 2018 afin de poursuivre les discussions amorcées à Pretoria du 23 au 25 octobre 2018.

Au terme de cette réunion, un accord politique est né avec l’unité de l’Opposition et la création d’une coalition dénommée « LAMUKA ».

Le député Martin Fayulu a été choisi par vote comme leur candidat commun à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018, afin de réaliser l’alternance démocratique crédible en présentant un programme commun en assurant leur victoire.

Un candidat d’abord sous-estimé par le pouvoir en place à Kinshasa, ce pouvoir habitué à mener un rituel de distraction parfois grossier depuis Sun City et passant outre les élections de 2016 et les accords de la Saint Sylvestre en 2017.

Processus du 23 décembre accepté facilement par le gouvernement pensant à un nouveau « glissement ».

Pas d’observateurs de l’Union européenne, les listes électorales floues, une machine à voter posant problèmes… Et cela sans compter avec un Martin Fayulu presque inconnu dans l’arène politique congolaise.

Pour le malheur du gouvernement, LAMUKA s’investit dans diverses actions visant à accentuer le message électoral et la visibilité de son candidat. Les moyens financiers et logistiques dont 4 avions sont loués en vue de battre campagne à travers ce pays continent. Sa popularité explose.

Les pronostics s’inversent. Il traumatise le dauphin du président, Emmanuel Shadary. Blessé, Shadary promet l’enfer au candidat n°4.

Les difficultés commencent. D’abord mineures, faisant suite à des incidents sérieux et des morts suite des tirs à balles réelles.

Face à la population déterminée à accompagner Martin Fayulu, le soldat du peuple, la police utilise des gaz lacrymogènes pour disperser des foules de plus en plus compactes. Cela ne fait que commencer !

Confirmation que E. R. Shadary ne mange pas à la même table que FATSHI et MAFA dont les campagnes sont impressionnantes !

Après les escarmouches, l’incendie de l’entrepôt de la CENI à Kinshasa déclenche une nouvelle manœuvre dont LE coupable est tout désigné vu son opposition aux machines à voter, parties en fumée.

Une arrestation ou une élimination physique ne sont pas à exclure.

Raisons pour lesquelles, la population et la communauté internationale doivent veiller à la sécurisation des candidats.

A une semaine du scrutin, la situation au Congo démocratique est en train de dégénérer.

La Monusco doit contribuer à faire la lumière et à protéger la population ainsi que le processus en lui même.

Il faut que le gouvernement en place respecte le droit de tous les citoyens dans un climat apaisé avec des élections démocratiques, inclusives, transparentes, crédibles et sécurisées. Et les résultats devront être reconnus par la population.

L’inquiétude est de mise face au durcissement du régime. Par rapport à cette inquiétude, la communauté internationale devra être susceptible de poursuivre toute personne coupable de crimes contre l’humanité.

Quand on choisit de participer à une élection, on en accepte les résultats. C’est cela la démocratie.

Une pensée sur “RD Congo : Doit-on craindre pour la vie de l’homme du changement Martin Fayulu ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils